« Les blessures du pénis sont rares »

C’est la première ligne rassurante d’un nouvel article paru dans le Nigerian Journal of Clinical Practice — qui comporte, attention, des photos — de deux urologues du Nnamdi Azikiwe University Teaching Hospital au Nigeria.

Sur une période de 6 ans, les auteurs n’ont eu que 23 cas dans leur hôpital. La cause la plus fréquente, chez huit patients, était la fracture du pénis, plus communément appelée fracture du pénis.

Six patients ont souffert de mutilations génitales, certaines auto-infligées. (Ceci a été précédemment rapporté chez des hommes souffrant de psychose.)

Il y avait aussi des accidents, « principalement des blessures professionnelles dues à des machines industrielles, des accidents de la route (RTC), et des blessures domestiques (blessures accidentelles dues à des objets tranchants, lors de jeux dans l’environnement domestique). Le résultat final de ces blessures graves variait de l’amputation partielle, à l’amputation complète, et aux blessures par écrasement du pénis. »

Et : « Des blessures de circoncision ont été notées chez trois (13%) après une tentative de circoncision par un personnel infirmier mal formé. »

Apparemment, un homme a attendu une semaine avant de se faire soigner.

Deux des blessures ont été causées par des coups de feu. Pour les lecteurs intéressés par une plus grande série de cas de balles dans le …. , des chercheurs de l’Université Temple de Philadelphie ont décrit 97 hommes ayant reçu une balle dans le scrotum sur une période de 20 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.